©Bronze

STYLE : Prog/Space/Hard/Gospel Rock

DU MÊME ARTISTE :



















Manfred Mann Earth Band - Solar Fire - 1973

1Father of Day, Father of Night
2In the Beginning, Darkness
3Pluto the Dog
4Solar Fire
5Saturn, Lord of the Ring/Mercury
the Winged Messenger
6Earth, The Circle, Pt. 2
7Earth, The Circle, Pt. 1

      Religionnaire


01/10/2008    

Les progrès réalisés sur Messin' (1973), s'ils sont salués par la critique, ne permettent pas au groupe de Manfred Mann de tutoyer des chiffres de ventes à la hauteur de la réputation de ce dernier. Ceci n'empêche pas la joyeuse troupe de poursuivre dans la voie du rock planant, le claviériste et son guitariste Mick Rogers baignant à l'époque dans la musique de Pink Floyd. Manfred Mann souhaite initialement proposer un album concept basé sur la suite des Planètes de Gustav Holst et ainsi adapter les différentes parties de l'œuvre symphonique originale. La permission ne lui étant pas réellement accordée, il doit revoir ses ambitions à la baisse et se rabattre sur un format rock plus conventionnel. Ceci ne l'empêche pas d'obtenir la permission de la fille du compositeur pour reprendre "Jupiter, the Bringer of Jollity", alors retravaillé jusqu'à obtention d'un très beau single. Ce "Joybringer", qui sort préalablement à Solar Fire, permet à Manfred Mann de rentrer dans le top 10 britannique pour la première fois depuis 1969, un évènement de très bon augure avant la sortie de l'album.

Ce bon présage se confirme à la découverte de "Father of Day, Father of Night", première reprise de Bob Dylan digne d'intérêt de la part d'un groupe qui semble définitivement avoir trouvé dans le rock planant son meilleur argument. Étiré sur presque dix minutes, ce long titre ne perd jamais son caractère poignant et témoigne par ailleurs d'une sublimation enfin appréciable de l'inspiration negro-spiritual du collectif. Une version raccourcie à trois minutes de ce gospel spatial, très évocateur du "Breathe" de Pink Floyd est d'ailleurs proposée comme single, avec la deuxième grande réussite de l'album sur sa seconde face. Les élans cosmiques permettent en effet également à l'Earth Band de trouver un groove à la hauteur de ses ambitions sur "Solar Fire". Le Religionnaire ne peut nier l'aspect lent et mollasson de ce court voyage astral, mais cet aspect laid-back du riff de Mick Rogers lui fournit justement ses caractères accrocheur et envoutant. Le rock musclé ne fait quant à lui toujours pas honneur au groupe. Le naïf et pénible "In the Beginning, Darkness" n'est qu'une banale pièce de hard rock sans intérêt comme Uriah Heep en a déjà produit des dizaines. Si le fantaisiste "Pluto the Dog" a le mérite d'être aussi amusant qu'il peut être incongru dans cette épopée interplanétaire, les efforts progressistes et expérimentaux de Manfred Mann sont toujours un tantinet laborieux. "Saturn, Lord of the Ring/Mercury the Winged Messenger" et les deux parties de "Earth, the Circle" ne suscitent l'intérêt que par intermittence, quelques passages singuliers et attrayants étant une nouvelle fois perdus au sein de prestations solistes interminables.

Solar Fire reste malgré tout la plus belle réussite artistique de la troupe depuis ses débuts. Si le public britannique dédaigne une nouvelle fois le disque, le groupe pénètre pour la première fois et glorieusement le top 100 américain.


Avis de la Team
Religionnaire

Les internautes ont la parole! : 0 message(s)    Laisser un message


Nombre de consultations
1229

A Découvrir :

 http://destination-rock.com/rockint/images/pinkfloydmore.jpg














© Tous Droits Réservés - http://www.destination-rock.com ® 2011
Radio partenaire : http://www.lagrosseradio.com/     Nb de visites : rencontres     Compteur :