http://destination-rock.com/rockint/images/morningview.jpg

©Epic

STYLE : Pop Rock

DU MÊME ARTISTE :




 http://destination-rock.com/rockint/images/makeyourself.jpg


 http://destination-rock.com/rockint/images/acrowleftofthemurder.jpg


 http://destination-rock.com/rockint/images/lightgrenades.jpg


 http://destination-rock.com/rockint/images/ifnotnow.jpg


Incubus - Morning View - 2001

1Nice To Know You
2Circles
3Wish You Were Here
4Just A Phase
511 AM
6Blood On The Ground
7Mexico
8Warning
9Echo
10Have You Ever
11Are You In ?
12Under My Umbrella
13Aqueous Transmission
Découvrez la playlist Incubus Morning avec Incubus

      DocSavage


28/03/2011    

Il est de ces enfantements qui, par une sporadique originalité ou le génie fugace de leur auteur (souvent les deux), peuvent délabrer la créativité d'un artiste dès lors confronté à la fameuse interrogation : "Comment faire mieux qu'un tel triomphe d'élaboration?". A titre d'exemple, le neurasthénique Ok Computer de Radiohead ou le boursouflé Origin of Symmetry de Muse demeurent les sommets discographiques d'artistes aujourd'hui musicalement essouflés, damnés par ce satané disque incontournable, tellement bon qu'il en devient prééminent. Malgré un succès populaire indéniable, les maudits sont depuis destinés à subir les éternelles réclamations de laudateurs lassants de récurrence : "A quand un nouveau Songs For The Deaf ? C'est pour quand, le successeur de Powertrip ?", ce à quoi l'intéressé peu inspiré répond inconditionnellement : "Ecoutez notre dernier, il est plus intimiste, nous ouvrons notre coeur au public, c'est de loin notre meilleur... Nous essayons de passer à autre chose, notre identité ne se limite pas à une oeuvre." (entre autres élucubrations promotionnelles systématiques).

Morning View entre dans cette catégorie d'albums : une pochette en symbiose avec son contenu, des paroles envoûtantes portées par la voix tantôt apaisante, tantôt fulgurante d'un Brandon Boyd au paroxysme de son art, des compositions mystérieusement émerveillantes... 2001 fut l'année d'Incubus tant sur le plan artistique que commercial puisque le disque se vend à quasiment quatre millions d'exemplaires et reste à ce jour, malgré l'avalanche de tubes du précédent Make Yourself, le plus vendu du gang de Calabassas.

Ce succès auprès du grand public s'explique par l'aspect fédérateur de singles qui effleurent avec raffinement chacune de leurs influences pour finalement se créer un véritable son "Incubus", batârd funambule entre puissance brut et accalmies relaxantes. Là où le précédent opus se révélait globalement satisfaisant, Morning View y apparaît mirifique : l'océanique "Wish You Were Here", grandiose par son ambiance aquatique des couplets et ce refrain ravageur de simplicité, est un excellent single, tout comme le nerveux "Nice To Know You", à l'incroyable ligne de basse et aux ambiances fort agréables. Les riffs puissants et les atmosphères calmes s'entremêlent sans aucune lourdeur, le tout formant un ensemble hautement séduisant. Les titres s'enchaînent avec une grande cohérence : les chansons les plus "violentes" sont situées en début d'oeuvre, tandis que l'accalmie y apparaît dans la seconde moitié. Par exemple, le splendide et groovo-mélancolique "Are You In ?" (encore une fois... quelle basse !) pousse l'auditeur à s'étendre et se laisser emporter par cette ambiance de fin de soirée, alors que tous les convives sont épuisés par les folles heures qu'ils viennent de vivre... Les festivités s'achèvent avec le très exotique "Aqueous Transmission", hymne au globe-trotteur sentimental pour lequel le guitariste Mike Einziger emploie une pipa offerte par Steve Vai, agrémentée d'une orchestration réellement sublime.

Les seuls défauts de l'album sont les pâles "Have You Ever" et "Mexico", qui, aux côtés des chefs d'oeuvre "Echo", "Are You In ?" ou encore "11AM", ne réveillent pas les sens. Ces deux points noirs sont cependant tout à fait négligeables si l'on tient compte de la portée exceptionnelle des autres titres...

Enregistré au printemps 2001 dans la "Morning View Street" (l'esprit sagace aura remarqué la corrélation entre le nom de la rue et le nom de l'oeuvre), il est le dernier opus d'Incubus dans sa formation originelle, puisque le bassiste Dirk Lance quitte le navire après la tournée qui s'ensuivra. Véritable cheville ouvrière du quintet nettement plus discrète depuis S.C.I.E.N.C.E, le sorcier de la 4 cordes fait preuve d'une grande lucidité lorsqu'il quitte le groupe en 2003 : persuadé qu'il ne fera jamais mieux que ce Morning View, il est en plus contrarié par des différends artistiques avec le chanteur Brandon Boyd et le guitariste Mike Einziger. Il sera dès lors remplacé par l'ancien Roots, le plus minimaliste Ben Kenney. En toute logique, A Crow Left Of The Murder et Light Grenades se sont révélés décevants, malgré quelques sursauts de lucidité.


Avis de la Team
DocSavage
PinkZeppelin

Les internautes ont la parole! : 2 message(s)    Laisser un message

Doc Savage  30/03/2011    avis

Cher Jacotrix, ces chroniques arriveront incessamment sous peu.
Pour ce qui est de The Wild Trapeze, c'est prévu également.


Jacotrix  30/03/2011    avis

Super chronique pour un super album !
Je vois que Doc Savage s'est lancé dans la discographie d'Incubus, j'attends avec impatience les chroniques des deux albums restants ! Pourquoi pas une chronique de l'album solo de Brandon Boyd qui est sorti il y a presque un an maintenant ?
Super boulot en tout cas, je vous lis assidument :)



Nombre de consultations
1811

A Découvrir :
















 http://destination-rock.com/rockint/images/bigcalm.jpg





© Tous Droits Réservés - http://www.destination-rock.com ® 2011
Radio partenaire : http://www.lagrosseradio.com/     Nb de visites : rencontres     Compteur :