©Warner Bros

STYLE : Hard Rock

DU MÊME ARTISTE :





























































 http://destination-rock.com/rockint/images/iwasmadeofyou.jpg


Alice Cooper - DaDa - 1983

1DaDa
2Enough`s Enough
3Former Lee Warmer
4No Man`s Land
5Dyslexia
6Scarlet And Sheba
7I Love America
8Fresh Blood
9Pass The Gun Around

      StarChild


05/06/2007    

1982 DADA ... EXPERIMENTAL...

Totalement submergé par ses problèmes d’alcoolisme, Alice Cooper vient de traverser une grave crise créatrice lorsqu’il décide d’enregistrer ce dernier album pour solde de tous compte avec la Warner. Si l’homme est fatigué, voire désabusé, de n’avoir pas su convaincre le public avec ses dernières productions, l’opportunité de réaliser un disque qui, de toute manière, ne sera pas promu par la maison mère, laisse le champ libre à toutes les flexibilités mentales. Articulé autour de climats plus dépressifs, lugubres ou sinistres, les uns que les autres, Dada ressemble par biens des égards à un vol au-dessus d’un nid de coucous.

Mal en point, mais bien décidé à agir sur la synchronisation de notre conscience visuelle pour sa pochette, Alice se met en scène en pastichant le détail d’une œuvre d’art de Salvador Dali. Tandis que sur l’illusion d’optique originale le visage de Voltaire est composé, entre autres éléments, par deux religieuses dont les têtes forment les yeux de l’écrivain, on notera que pour le visuel de ce disque, le duo de personnages a laissé sa place à une paire inattendue. De là à nous interroger sur la dualité Vincent Furnier / Alice Cooper, il n’y a qu’un pas.

Approche diagnostic terminée, c’est accompagné par la voix d’un enfant psalmodiant le même mot que nous entrons dans un espace multidimensionnel. Psaumes à haut risque, fractures des silences comme s’il en pleuvait, Dada l’autobiographique cultive le crime prémédité et s’affranchit de son passé glorieux au travers de dialogues chuchotés ou grenier d’infortune. Puisque Furnier va mal, pourquoi ne pas passer au crible les fantômes d’Alice au travers d’ambiances à ressorts complexes ? Marqué par ce contexte, Dada devient immédiatement un album qui ne peut laisser indifférent.

Gouverné par des ambiances sculptées au couteau. Ecorché vif à chaque saillie de guitare, le rock dépressif capturé ici, ne perd jamais une occasion de nous prendre à revers. Un peu comme cette froide boite à rythmes qui, la plupart du temps, impose son pas à une mélancolie galopante. Jeu dans lequel les apparences sont trompeuses, ce grand album expérimental enveloppé de bruitages, voix off et séquences synthétiques, est un sous estimé. Transitoire, sans doute, mais pas sans prise de risque, Dada laisse derrière lui les traces d’un homme pour qui le sens du spectacle n’est pas qu’une illusion.


Avis de la Team
StarChild

Les internautes ont la parole! : 2 message(s)    Laisser un message

AtomDoom  25/07/2007    avis

J'adore cet album qui est en mon avis le plus noir et "terrifiant" car on ne sent pas ce côté "théatrale" de ses autres productions ... Sublime !!! (je précise que je n'ai pas connu A.C. avec ce disque mais bien avant, au début des années 70 donc j'ai une vision (la mienne) assez globale de sa musique ....)


messhugoth  12/07/2007    avis

Mon préféré... tout en intelligence et délicatesse



Nombre de consultations
1319

A Découvrir :






















© Tous Droits Réservés - http://www.destination-rock.com ® 2011
Radio partenaire : http://www.lagrosseradio.com/     Nb de visites : rencontres     Compteur :